Résultat de votre recherche

MUTUELLE SANTE
flag Inde - (Tara Projects Association)


Badarpur était jadis un village. Au fil du temps, le village s’est transformé en zone d’habitats spontanés, principalement peuplée de migrant-e-s internes. La majorité des habitant-e-s sont ouvriers ou ouvrières à l’usine. Après la fermeture de certaines industries, de nombreux habitant-e-s ont perdu leur emploi et sont aujourd'hui sans activité stable. Ils-elles survivent en travaillant dans le secteur informel ou grâce à de petits boulots. La plupart des femmes sont employées de maison et sont souvent exploitées par des entrepreneurs qui les rémunèrent au lance-pierre. Ces derniers temps, en raison d’une diminution des commandes, les femmes ne parviennent même plus à obtenir du travail auprès des entrepreneurs locaux.

En raison d’un exode rural croissant, la pression exercée sur les villes augmente. Cette situation a conduit à l’apparition de bidonvilles (habitats spontanés) dans les villes comme Delhi. Les habitant-e-s de ces bidonvilles vivent dans des conditions effroyables, sans accès aux services de base comme l’eau ou la santé. Ces personnes n’ont pas non plus accès aux infrastructures publiques mises en place par le gouvernement. Pour ne rien arranger, elles sont analphabètes ou illettrées et n’ont, pour la plupart d’entre elles, aucune notion en matière de santé. Elles sont donc vulnérables et plus susceptibles de subir les mauvaises pratiques et la corruption des professionnels de santé. Elles se font exploiter par les médecins, les hôpitaux et d’autres prestataires de soins et finissent par dépenser l’essentiel de leurs revenus en frais de santé.
La majorité de la population indienne vit en-dessous du seuil de pauvreté, avec un revenu quotidien inférieur à 0,6 USD (en zone urbaine) ou 0,4 USD (en zone rurale). En Inde, le secteur de la santé est dominé par le secteur privé. Ainsi, les personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire la majorité de la population, dépendent des services de santé publique. Les infrastructures de santé publique existantes sont insuffisantes ; la pression excessive qui pèse sur elles conduit bien souvent à leur faillite. Selon un rapport de Price Waterhouse Coopers sur la santé en Inde, le pays devrait compter 74 150 centres de santé par million d’habitant-e-s, contre moins de la moitié aujourd'hui. Au fil des années, cette situation a creusé un écart considérable entre l’offre de soin existante et les besoins de la population. En 2018-2019, l’Inde n’a alloué que 1,5% de son produit intérieur brut (PIB) au financement de la santé, un chiffre bien en-deçà de l’objectif préconisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
La plupart des prestataires de soins étant motivés par l’appât du gain, ce sont les pauvres qui souffrent le plus de la situation. N’ayant même pas les moyens de souscrire une police d’assurance-maladie, les pauvres n’ont d’autre choix que de s’abandonner à la sournoiserie des prestataires de soins et à la cupidité des usuriers. C'est ainsi qu’ils-elles sombrent plus profondément dans le cercle vicieux de la pauvreté. Ces personnes se voient refuser leur droit à la santé.

L’ALTERNATIVE : LA MUTUELLE SANTE MHO

La mutuelle santé MHO offre une lueur d’espoir aux plus démuni-e-s. Les actions de santé de MHO, basées sur la solidarité, l’autogouvernance et l’entraide, sont la seule alternative disponible. MHO s’attache à garantir l’accès à une consultation auprès d’un généraliste au sein de son centre de santé + médicaments à coûts très modiques, beaucoup de prévention et de sensibilisation sur diverses thématiques santé tout au long de l’année au sein du quartier, quelques lits d’hôpital de jour pour observation, et des partenariats tissés avec des hôpitaux (publics et privés, de confessions différentes), afin de réorienter les mutualistes qui le nécessitent. Le projet encourage les gens à s’unir et à s’entraider en cas de besoin. MHO est une organisation solidaire à but non lucratif. Cette initiative à part garantit le droit à la santé des personnes qui se voient refuser ce droit par ailleurs.

MHO apporte une aide aux citoyen-ne-s ordinaires. Une « mutuelle » est un système auquel les bénéficiaires contribuent personnellement et dont ils-elles assurent la gouvernance. Ils-elles sont donc responsables de son bon fonctionnement. MHO repose sur un système entièrement transparent au sein duquel les mutualistes qui disposent d’une expertise décident comment aider les autres mutualistes. Ils-elles décident des règles et s’engagent à les respecter. Au fil des années, MHO s’est révélé être une aide précieuse dans les moments difficiles. MHO a appris aux mutualistes à se conduire de manière responsable et à réduire leurs dépenses de santé ainsi que les risques liés à leur santé.

En savoir plus...

" Le Jardin » d’Emmaüs Village Carlton
flag Royaume-Uni - (Emmaus Turvey Ltd)


Emmaüs Village Carlton se trouve sur un ancien campus. Le bric-à-brac, le bistro et les logements sont entourés de vastes étendues de terres. L’association d’entraide a donc décidé de mettre à profit ces espaces verts en lançant le Projet « Jardin » : produire des fruits et légumes pour former les compagnons jadis sans-abri et permettre à la communauté Emmaüs de tirer profit des récoltes.

En savoir plus...

Centre de Thérapie Physique, de Rééducation et de Massages
flag Pérou - (Comunidad Traperos Águilas de Emaús, Piurá)


Au cours de l'année 2006, nous voyons le jour comme action sociale de la Communauté de chiffonniers TRAPEROS AGUILAS EMAÚS, compte tenu des besoins énormes des personnes handicapées physiques négligées par l'état et du manque de cliniques de santé spécialisées dans ce domaine ainsi que de leur coût. Nous sommes un Centre de Thérapie Physique, de Rééducation et de Massages au service de la Communauté de Piura depuis 11 ans proposant des services de santé à un tarif social (à prix réduit) voire gratuit dans des cas de nécessité absolue.

En savoir plus...

Marcher pour collecter des fonds
flag Royaume-Uni - (Emmaus Leeds Ltd)


Steven Wall, qui a vécu et travaillé comme compagnon à Emmaüs Leeds, nous a malheureusement quittés le 12 janvier 2016 après avoir livré un long combat contre le cancer. La communauté d'Emmaüs Leeds a souhaité lui rendre hommage et faire preuve de solidarité en apportant son soutien à deux associations qui lui tenaient à coeur.

La communauté s'est lancé le défi d'atteindre les trois sommets les plus hauts du Royaume-Uni ainsi que les trois sommets les plus hauts du Yorkshire. Steven a bénéficié de son vivant du soutien de l'association Macmillan Cancer Support et de St Gemma's hospice, aussi il a été décidé que ces deux causes seraient les bénéficiaires de ces randonnées.

En savoir plus...

Lucie’s Pantry - La Lutte contre la pauvreté alimentaire
flag Royaume-Uni - (Emmaus Salford)


La pauvreté alimentaire est une difficulté croissante à laquelle sont confrontées de plus en plus de familles et de personnes au Royaume-Uni. Le recours aux banques alimentaires a considérablement augmenté au cours des dernières années mais ces dernières ne fournissent de la nourriture qu'en cas d'urgence.

Lucie's pantry est un supermarché social situé dans la communauté d'Emmaüs Salford, rue Fitzwarren à Pendleton. Lucie's pantry a pour objectif de fournir une alimentation durable et accessible ainsi que d'autres biens essentiels aux membres de la communauté de Salford ayant du mal à joindre les deux bouts en raison de dettes, maladie ou de revenus faibles.

En savoir plus...

LE P’TIT DEJ EMMAÜS
flag France - (Association Emmaüs de Marseille - Pointe Rouge, Fondateur Abbé Pierre)


Le 17 octobre 2011, la Mairie de Marseille prend un arrêté municipal interdisant la mendicité dans le centre-ville.

Après plusieurs manifestations stériles devant la Mairie, nous prenons la décision d’organiser avant Noël un grand banquet solidaire où les gens de la rue seront nos VIP (Very Important Persons).

En savoir plus...

AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE EN MILIEU RURAL
flag Cameroun - (Centre de Promotion Sanitaire et Sociale de Mom-Dibang C.P.S.S.)


En 1978 la population de Mom-Dibang se rend compte de la marginalisation excessive de la zone rurale dans la région du Centre du Cameroun. Les efforts du Gouvernement camerounais sont orientés dans des centres urbains au détriment des populations rurales.
L’exode rural s’accentue. Les gens quittent le village à la recherche d’une vie plus aisée en ville. Le village est abandonné à son propre sort : pas de route, pas de communication, pas d’école, pas de dispensaire, pas d’électricité, pas d’eau potable, des coutumes trop archaïques, la vie est rythmée au bon gré du missionnaire…

Un scandaleux abîme entre villageois et citadins se creuse affreusement. L’individualisme devient prépondérant. La solidarité africaine est oubliée …

Quelques natifs de Mom-Dibang décident d’assumer leur responsabilité, de prendre en main le destin de leur village, de lutter contre toutes les formes de misère, de pauvreté. Ils réussissent à se mettre debout : le CPSS (Centre de Promotion Sanitaire et Sociale) est né !

Dans un environnement hostile, ils créent le CENTRE DE SANTE d’où partiront plusieurs activités…

Le CPSS est situé dans la province du Centre, département de Nyong et Kellé, Arrondissement de Dibang. Il est présent dans 29 chefferies disséminées dans la forêt équatoriale, zone tropicale très enclavée. Il compte 40 membres et 10 compagnons, en majorité des femmes.

En savoir plus...

ACCUEIL DE PERSONNES AVEC UNE SANTE MENTALE FRAGILE
flag France - (Amis et compagnons Emmaüs Planay)


Après le constat en 1993 d’un manque de structures d’accueil pour les personnes exclues de la société au sein du territoire nord Côte d’Or, la Communauté Emmaüs de Norges-la-Ville (Dijon) a décidé d’ouvrir un lieu d’accueil à Planay dans un ancien corps de ferme.

En 1995, la communauté de Planay intègre en son sein un patient de l’hôpital psychiatrique de Semur-en-Auxois. Aujourd’hui, Dominique est toujours présent et compagnon à la Communauté. Depuis cette date, un partenariat avec l’hôpital et le Docteur Wallenhorst, chef de service psychiatrique et alcoologue, commence et une infirmière psy intervient deux fois par semaine auprès de la communauté, ce qui permet une écoute particulière de tous les compagnons en cas de besoin. Naturellement, elle fait le lien avec les médecins psychiatriques et addictologues de l’hôpital.
Aujourd’hui, avec la fermeture de services hospitaliers pouvant accueillir ces personnes avec une santé mentale fragile, des problèmes d’addiction et une autonomie restreinte, la communauté Emmaüs de Planay propose une solution adaptée pour ces personnes.

En savoir plus...

Café recyclerie Emmaüs
flag Îles Åland - (Emmaus Åland)


Inclusion et autonomisation des personnes marginalisées.

Lutte contre le gaspillage alimentaire.

Le but du Café recyclerie Emmaüs est de créer un système flexible destiné à permettre aux demandeuses et demandeurs d’emploi de longue durée d’accéder au marché du travail, et à prévenir ou lutter contre l’exclusion.

Le projet vise à ce que les demandeuses et demandeurs d’emploi de longue durée retrouvent un travail. Les moyens employés pour atteindre cet objectif sont le développement des compétences, l’accompagnement individualisé et les travaux pratiques. En rejoignant ce projet, les participant(e)s préparent leur retour à l’emploi ou à une formation.

En savoir plus...

Soupe populaire Emmaüs
flag Îles Åland - (Emmaus Åland)


L’idée est de proposer un espace d’interaction sociale.

En savoir plus...

Finance éthique – Droit à des moyens de subsistance dignes
flag Inde - (Tara Projects Association)


Tara soutient activement les communautés et personnes marginalisées au sein de la société en permettant la création de moyens de subsistance. Pour Tara, la finance éthique est essentielle à la paix et la durabilité dans le monde. Chaque être humain a le droit de pouvoir trouver un travail reposant sur des valeurs éthiques et justes. Nous dispensons aussi des formations en développement des compétences et en renforcement des capacités. Les initiatives de micro crédit constituent l’une des actions majeures de l’organisation et permettent d’aider les plus démunis à gagner des revenus adéquats selon des moyens dignes et respectables.

En savoir plus...

Soutien aux personnes sans-abri
flag Roumanie - (Fundatia "Un coup de main d'Emmaüs")


Le problème de la pauvreté et du mal-logement est l’un des nombreux problèmes auxquels doit faire face la société roumaine d’aujourd’hui, l’une des plus pauvres d’Europe. La chute de la dictature a fait éclater le scandale des orphelinats roumains et le fait qu’une fois sortis de ces orphelinats, de nombreux jeunes se retrouvaient à la rue, sans aide aucune du gouvernement. Vingt-cinq ans plus tard, la situation n’évolue que bien trop lentement, comme le montre le rapport de la FEANTSA (Fédération Européenne d'Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri) qui classe la Roumanie à la 24ème place (sur 28) dans son étude sur le mal-logement au sein de l’Union Européenne. Or, la question du mal-logement induit souvent pour les personnes concernées un accès plus que restreint aux besoins de base tels que la nourriture, l’hygiène, la sécurité, l’éducation.
C’est afin de répondre à cette réalité que plusieurs associations françaises liées à Emmaüs ont commencé à mettre en place des maraudes dès 1997, à Iasi, une ville de l’est du pays, capitale de la région la plus pauvre de Roumanie. La rencontre de ces personnes, françaises et roumaines, désireuses de s’investir et de venir en aide aux laissés pour compte de Iasi, a posé les bases de la communauté Emmaüs actuelle.

En savoir plus...

Accueil des jeunes en situation difficile
flag Bénin - (Association Emmaüs Pahou)


Le développement de nos villes génère des problèmes liés à l’accueil massif des migrants des villages vers les principales villes. Ces migrants qui n’ont pas de qualification professionnelle développent des comportements à risque susceptibles de les déstabiliser.

C’est ainsi que l’on rencontre des jeunes de la rue, sortis de prison, en rupture familiale, sans travail, qui n’ont pas d’interlocuteur pour discuter de leur problèmes. C’est pour proposer d’autres alternatives de vie à ces personnes que la communauté a été créée pour accueillir ces démunis, les écouter, les stabiliser, les former à l’agriculture, l’élevage et à la pisciculture pour une réinsertion sociale et professionnelle.

En savoir plus...