Résultat de votre recherche

AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE
flag France - (Association Emmaüs Pamiers)


La communauté, située dans un petit hameau, accueille 26 compagnons et dispose d’un terrain de 3000 m². L'idée d’un jardin potager a émergé il y a déjà 15 ans. Nous souhaitions améliorer l’alimentation des compagnons tout en nous engageant dans une réflexion sur le développement durable complétant notre action dans le réemploi et la lutte contre les déchets.

En savoir plus...

RECOLTE ET SECHAGE DES PLANTES
flag Inde - (Kudumbam)


L’Inde est un pays agricole. 70% de nos terres agricoles sont irriguées à l’eau de pluie. Chaque année, 25% des récoltes sont perdues par manque d’infrastructures de séchage et d’entreposage. En collaboration avec l’Institut Indien de la Science, nous avons mis au point un séchoir à pétrole pour faire sécher les légumes et les autres plantes.

Ce procédé permet d’ajouter de la valeur aux plantes. Les pluies étant irrégulières, il arrive que la mousson coïncide avec la saison des récoltes. Dès lors, les denrées périssables comme les herbes, fruits et légumes deviennent avariées, entraînant des pertes colossales pour les producteurs-rices. A l’inverse, une fois séchés, ces produits peuvent être conservés une année entière. Par ailleurs, certaines plantes sauvages poussent en abondance : c’est le cas de l’usilai (albizia amara), de l’aavarai, des feuilles de moringa, des feuilles de curry (caloupilé), des feuilles de neem, des fleurs d’hibiscus ou de l’aavarampoo (senna auriculata). Ces herbes et fleurs poussent en grandes quantités. Elles peuvent êtres séchées et conservées une année entière sous la forme de poudre ou de feuilles séchées.

Au village, la plupart des personnes âgées de plus de 55 ans sont sans emploi, alors même qu’elles représentent 20% de la population locale. Des emplois peuvent être créés : ces personnes vont ramasser des fleurs et des feuilles et les rapportent à la ferme où elles sont séchées à l’aide du séchoir à pétrole, puis vendues sur le marché. Cela permet d’ajouter de la valeur à une denrée agricole périssable et de créer de l’emploi pour les personnes de plus de 55 ans. Cette initiative contribue à la protection de l’environnement et à la justice sociale. Le séchoir à pétrole est exploité à la ferme écologique de Kolunji.

En savoir plus...

" Le Jardin » d’Emmaüs Village Carlton
flag Royaume-Uni - (Emmaus Turvey Ltd)


Emmaüs Village Carlton se trouve sur un ancien campus. Le bric-à-brac, le bistro et les logements sont entourés de vastes étendues de terres. L’association d’entraide a donc décidé de mettre à profit ces espaces verts en lançant le Projet « Jardin » : produire des fruits et légumes pour former les compagnons jadis sans-abri et permettre à la communauté Emmaüs de tirer profit des récoltes.

En savoir plus...

CREATION D'EMPLOIS POUR LES PERSONNES HANDICAPEES
flag Burundi - (Appui aux initiatives des personnes handicapées (AIPH))


Les personnes handicapées cumulent deux difficultés majeures : celle liée à leur handicap mais aussi celle liée à la pauvreté généralisée. Cette deuxième difficulté pousse cette catégorie de personnes à s’adonner à la mendicité surtout dans les milieux urbains ou semi-urbains où elles se sont réfugiées. L’AIPH (Appui aux Initiatives des Personnes Handicapées) étant convaincue qu’il faut travailler plutôt que mendier, essaie de contribuer à trouver des solutions à la misère de cette catégorie de personnes par la mise en place d’activités génératrices de revenus, actuellement la couture, l’élevage de porcs et de chèvres, bientôt la pisciculture.

En savoir plus...

AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE EN MILIEU RURAL
flag Cameroun - (Centre de Promotion Sanitaire et Sociale de Mom-Dibang C.P.S.S.)


En 1978 la population de Mom-Dibang se rend compte de la marginalisation excessive de la zone rurale dans la région du Centre du Cameroun. Les efforts du Gouvernement camerounais sont orientés dans des centres urbains au détriment des populations rurales.
L’exode rural s’accentue. Les gens quittent le village à la recherche d’une vie plus aisée en ville. Le village est abandonné à son propre sort : pas de route, pas de communication, pas d’école, pas de dispensaire, pas d’électricité, pas d’eau potable, des coutumes trop archaïques, la vie est rythmée au bon gré du missionnaire…

Un scandaleux abîme entre villageois et citadins se creuse affreusement. L’individualisme devient prépondérant. La solidarité africaine est oubliée …

Quelques natifs de Mom-Dibang décident d’assumer leur responsabilité, de prendre en main le destin de leur village, de lutter contre toutes les formes de misère, de pauvreté. Ils réussissent à se mettre debout : le CPSS (Centre de Promotion Sanitaire et Sociale) est né !

Dans un environnement hostile, ils créent le CENTRE DE SANTE d’où partiront plusieurs activités…

Le CPSS est situé dans la province du Centre, département de Nyong et Kellé, Arrondissement de Dibang. Il est présent dans 29 chefferies disséminées dans la forêt équatoriale, zone tropicale très enclavée. Il compte 40 membres et 10 compagnons, en majorité des femmes.

En savoir plus...

Après la prison, la vie à la Ferme
flag France - (EMMAUS FRANCE)


La loi pénitentiaire française établit que la sanction pénale doit viser l’insertion ou la réinsertion des personnes qui ont commis une infraction. Or les études montrent que 60% des condamnés à des peines d’incarcération récidivent dans les 5 ans, faute d’accompagnement social adapté. Surpopulation carcérale, violence, altération de la santé physique et mentale ; les conditions de détention ne permettent pas de préparer la sortie et aggravent le risque de récidive.
Animés par la conviction profonde que tout être humain peut s’améliorer et se reconstruire par le travail, Jacques Pluvinage et Claude Naudin ont fondé, en 1990, la ferme de Moyembrie pour atténuer les effets désocialisant de la prison et préparer la réintégration de la personne à la société.

En savoir plus...

Accueil des jeunes en situation difficile
flag Bénin - (Association Emmaüs Pahou)


Le développement de nos villes génère des problèmes liés à l’accueil massif des migrants des villages vers les principales villes. Ces migrants qui n’ont pas de qualification professionnelle développent des comportements à risque susceptibles de les déstabiliser.

C’est ainsi que l’on rencontre des jeunes de la rue, sortis de prison, en rupture familiale, sans travail, qui n’ont pas d’interlocuteur pour discuter de leur problèmes. C’est pour proposer d’autres alternatives de vie à ces personnes que la communauté a été créée pour accueillir ces démunis, les écouter, les stabiliser, les former à l’agriculture, l’élevage et à la pisciculture pour une réinsertion sociale et professionnelle.

En savoir plus...

Foyer pour enfants et centre de formation pour femmes.
flag Inde - (Florence Home Foundation)


Nous avons créé ce foyer pour enfants car le district de Cuddalore est une zone sous-développée, industrielle, où l’on trouve beaucoup d’enfants des rues et où le travail des enfants est courant.

Nous avons donc créé ce centre pour les protéger et leur permettre de vivre en sécurité. Par ailleurs, de nombreuses femmes dans ce district n’ont pas accès à une éducation et une formation appropriées ; c’est pourquoi nous avons ouvert, sur le même site, ce centre de formation pour femmes.

En savoir plus...

Sécurité alimentaire et souveraineté alimentaire
flag Inde - (Kudumbam)


Ceux qui produisent la plupart de notre nourriture sont des travailleurs agricoles sans terres et des petits producteurs. C’est à peine si eux-mêmes font deux repas par jour. Avant l’avènement de la Révolution verte en 1960, ils produisaient une nourriture extrêmement diversifiée. Aujourd’hui, 40% de la population mange du riz et 60% se nourrit de blé. Ces deux cultures consomment des quantités importantes d’eau et nécessitent beaucoup de soleil et d’engrais. Produites en monocultures, elles sont en outre exposées aux nuisibles et aux maladies. En raison du changement climatique, les sécheresses et les inondations sont devenues des phénomènes récurrents, ce qui pousse de nombreux hommes et jeunes à migrer. Le riz et le blé sont des féculents. Notre nourriture est en train d’être empoisonnée. Aujourd’hui, plus de 30% de la population est diabétique et 45% des enfants souffrent de malnutrition. On observe par ailleurs une augmentation de l’infertilité, de la pression artérielle, des maladies cardiovasculaires, des cancers et des troubles rénaux dans les zones rurales.

En savoir plus...