Les actions de ce groupe

Sécurité alimentaire et souveraineté alimentaire
flag Inde - (Kudumbam)


Ceux qui produisent la plupart de notre nourriture sont des travailleurs agricoles sans terres et des petits producteurs. C’est à peine si eux-mêmes font deux repas par jour. Avant l’avènement de la Révolution verte en 1960, ils produisaient une nourriture extrêmement diversifiée. Aujourd’hui, 40% de la population mange du riz et 60% se nourrit de blé. Ces deux cultures consomment des quantités importantes d’eau et nécessitent beaucoup de soleil et d’engrais. Produites en monocultures, elles sont en outre exposées aux nuisibles et aux maladies. En raison du changement climatique, les sécheresses et les inondations sont devenues des phénomènes récurrents, ce qui pousse de nombreux hommes et jeunes à migrer. Le riz et le blé sont des féculents. Notre nourriture est en train d’être empoisonnée. Aujourd’hui, plus de 30% de la population est diabétique et 45% des enfants souffrent de malnutrition. On observe par ailleurs une augmentation de l’infertilité, de la pression artérielle, des maladies cardiovasculaires, des cancers et des troubles rénaux dans les zones rurales.

En savoir plus...

RECOLTE ET SECHAGE DES PLANTES
flag Inde - (Kudumbam)


L’Inde est un pays agricole. 70% de nos terres agricoles sont irriguées à l’eau de pluie. Chaque année, 25% des récoltes sont perdues par manque d’infrastructures de séchage et d’entreposage. En collaboration avec l’Institut Indien de la Science, nous avons mis au point un séchoir à pétrole pour faire sécher les légumes et les autres plantes.

Ce procédé permet d’ajouter de la valeur aux plantes. Les pluies étant irrégulières, il arrive que la mousson coïncide avec la saison des récoltes. Dès lors, les denrées périssables comme les herbes, fruits et légumes deviennent avariées, entraînant des pertes colossales pour les producteurs-rices. A l’inverse, une fois séchés, ces produits peuvent être conservés une année entière. Par ailleurs, certaines plantes sauvages poussent en abondance : c’est le cas de l’usilai (albizia amara), de l’aavarai, des feuilles de moringa, des feuilles de curry (caloupilé), des feuilles de neem, des fleurs d’hibiscus ou de l’aavarampoo (senna auriculata). Ces herbes et fleurs poussent en grandes quantités. Elles peuvent êtres séchées et conservées une année entière sous la forme de poudre ou de feuilles séchées.

Au village, la plupart des personnes âgées de plus de 55 ans sont sans emploi, alors même qu’elles représentent 20% de la population locale. Des emplois peuvent être créés : ces personnes vont ramasser des fleurs et des feuilles et les rapportent à la ferme où elles sont séchées à l’aide du séchoir à pétrole, puis vendues sur le marché. Cela permet d’ajouter de la valeur à une denrée agricole périssable et de créer de l’emploi pour les personnes de plus de 55 ans. Cette initiative contribue à la protection de l’environnement et à la justice sociale. Le séchoir à pétrole est exploité à la ferme écologique de Kolunji.

En savoir plus...