RECOLTE ET SECHAGE DES PLANTES
 Trichy, Tamil Nadu, Inde

 

LE CONTEXTE DE VOTRE ACTION

L’Inde est un pays agricole. 70% de nos terres agricoles sont irriguées à l’eau de pluie. Chaque année, 25% des récoltes sont perdues par manque d’infrastructures de séchage et d’entreposage. En collaboration avec l’Institut Indien de la Science, nous avons mis au point un séchoir à pétrole pour faire sécher les légumes et les autres plantes.

Ce procédé permet d’ajouter de la valeur aux plantes. Les pluies étant irrégulières, il arrive que la mousson coïncide avec la saison des récoltes. Dès lors, les denrées périssables comme les herbes, fruits et légumes deviennent avariées, entraînant des pertes colossales pour les producteurs-rices. A l’inverse, une fois séchés, ces produits peuvent être conservés une année entière. Par ailleurs, certaines plantes sauvages poussent en abondance : c’est le cas de l’usilai (albizia amara), de l’aavarai, des feuilles de moringa, des feuilles de curry (caloupilé), des feuilles de neem, des fleurs d’hibiscus ou de l’aavarampoo (senna auriculata). Ces herbes et fleurs poussent en grandes quantités. Elles peuvent êtres séchées et conservées une année entière sous la forme de poudre ou de feuilles séchées.

Au village, la plupart des personnes âgées de plus de 55 ans sont sans emploi, alors même qu’elles représentent 20% de la population locale. Des emplois peuvent être créés : ces personnes vont ramasser des fleurs et des feuilles et les rapportent à la ferme où elles sont séchées à l’aide du séchoir à pétrole, puis vendues sur le marché. Cela permet d’ajouter de la valeur à une denrée agricole périssable et de créer de l’emploi pour les personnes de plus de 55 ans. Cette initiative contribue à la protection de l’environnement et à la justice sociale. Le séchoir à pétrole est exploité à la ferme écologique de Kolunji.

LES ACTIVITÉS MENÉES DANS LE CADRE DE VOTRE ACTION

• Les femmes âgées de plus de 55 ans, les veuves et les femmes seules ramassent des feuilles, des herbes et des fleurs sauvages
• Les herbes et les fleurs sont acheminées jusqu’à la ferme
• Les plantes sont d’abord mises à sécher à l’ombre
• Elles sont ensuite réduites en poudre, conditionnées et vendues sur le marché
• Elles sont séchées grâce au séchoir à pétrole, ce qui permet de garder intactes les qualités nutritionnelles et la couleur du produit

QUI S'IMPLIQUE DANS VOTRE GROUPE ?

• Deux membres du personnel de Kolunji s’occupent de faire sécher les herbes
• 6 femmes assurent la cueillette
• Deux membres du personnel à temps partiel rapportent les herbes à la ferme
• 2 bénévoles gèrent la commercialisation des produits

AVEC QUELS PARTENAIRES PORTEZ-VOUS CETTE ACTION ?

• Grâce à Emmaüs International, nous avons pu agrandir l’unité de séchage
• Nous travaillons en collaboration avec l’Institut National de Transformation des Aliments et l’Institut National de Recherche sur la Banane
• Ces plantes sont vendues aux entreprises pharmaceutiques spécialisées en phytothérapie

• Depuis sa création en 1982, Kudumbam travaille avec des petits paysan-ne-s et des agriculteurs-rices sans terre.
• Les récoltes ont lieu chaque année de décembre à février.

• En cas de mousson tardive, il n’est pas rare que la saison des pluies coïncide avec les récoltes.
• Les légumes et céréales sont alors plus chargés en humidité.

• A défaut d’infrastructures de séchage et d’entreposage, les agriculteurs-rices peuvent perdre entre 25% et 30% de leur récolte.
• En 2004, nous avons entrepris des efforts pour trouver des alternatives adaptées : Jancy, jeune ingénieur agroalimentaire, a rejoint l’Institut Indien de la Science à Bangalore. En 2005, avec le Dr Locrass, nous avons installé le séchoir à pétrole à la ferme écologique de Kolunji, à Kudumbam.

• De 2005 à 2018, nous avons surtout fait sécher des herbes et des légumes de la ferme.

• En 2018, en collaboration avec des étudiant-e-s de l’université locale, nous avons mené une étude afin de mieux comprendre pourquoi les femmes rurales âgées de 50 à 65 ans étaient souvent sans emploi.
• Nous avons constaté que 80% d’entre elles étaient sans emploi ou en sous-emploi.
• Nous avons également constaté qu’à défaut d’infrastructures de séchage et d’entreposage, elles avaient perdu entre 30% et 35% de leurs récoltes de céréales, de semences ou d’herbes sauvages parce que la mousson était tombée au moment des récoltes.

• Ces femmes pouvaient se voir garantir un emploi d’octobre à février.
• Les sept mois restants, elles pouvaient s’employer à ramasser des graines de Neem ou de Pongamia, des feuilles d’usailai (albizia amara) ou de henné, des fleurs d’hibiscus ou d’Aavaram (senna auriculata).

• Cette activité a permis aux femmes de dégager un revenu quotidien de 1,5 euro.
• Le séchoir a été installé pour faire sécher les herbes (sauvages ou cultivées) et les légumes et améliorer la couleur et la qualité nutritionnelle du produit, tout en permettant aux femmes d’accroître leurs revenus quotidiens de 0,50 à 1 euro.

• En février 2020, la propagation de la pandémie en Inde et à travers le monde a généré une forte demande d’antiseptiques naturels et de plantes immunostimulantes.

• Grâce à l’aide d’urgence d’Emmaüs International, nous avons lancé une cueillette avec 6 femmes de 3 panchayats et avons ainsi ramassé des feuilles de Neem et de Pongamia qui ont ensuite été séchées et conditionnées par 4 femmes, puis vendues comme antiseptiques naturels.

• La poudre « Kabasurakudineer » est élaborée à partir de Justicia adhatoda, Omavalli (ajowan, gros thym antillais) et 14 autres plantes. Cette poudre est vendue aux quatre coins du Tamil Nadu et s’est révélée très efficace pour renforcer les défenses immunitaires et lutter contre le virus de la COVID19.
• De mai à août, nous avons ramassé toutes ces herbes, les avons faites sécher puis les avons vendues à une pharmacie ayurvédique qui se charge ensuite de fabriquer le « Kabasurakudineer ».

• De septembre à novembre nous avons fait fabriquer du « Kabasurakudineer », que nous avons ensuite livré chaque mois à 500 femmes.

PERSPECTIVES FUTURES

Nous intervenons dans 40 villages. Au cours des trois prochaines années, nous souhaitons construire des séchoirs à pétrole dans trois autres centres et créer une entreprise de transformation de plantes où seraient employées 3000 femmes chargées de la cueillette des herbes.

PARTAGEZ LES AVANCÉES ET LES SUCCÈS OBTENUS VIA VOTRE ACTION

• Le séchoir a été installé en 2005 à la ferme écologique de Kolunji avec la collaboration de l’Institut Indien de la Science, basé à Bangalore.
• 2005-2018 : légumes à valeur ajoutée. Les cultures les plus touchées par les chutes de prix sur le marché sont principalement la tomate, l’aubergine, le gombo, la banane et d’autres légumes. Les producteurs-rices apportent leurs légumes à la ferme de Kolunji pour les faire sécher puis les vendre au marché.
• Nous avons commencé à faire sécher des herbes à partir de 2019. Pendant la pandémie, pour répondre à la demande d’antiseptiques naturels, nous avons ramassé des feuilles de Neem et de Pongamia, aux vertus antiseptiques. Nous avons également ramassé des herbes immunostimulantes pour fabriquer une poudre appelée « Kabasurakudineer ». Ce remède ayurvédique a pour effet de renforcer les défenses immunitaires et s’est révélé très efficace. Chaque mois, nous livrons ce remède « Kabasurakudineer » à 500 familles villageoises.

VOUS SOUHAITEZ AJOUTER UNE INFORMATION COMPLÉMENTAIRE SUR VOTRE ACTION ?

Cette initiative s’inscrit dans le combat Emmaüs pour la justice sociale et environnementale pour un monde durable. A travers cette action, nous aspirons à créer un monde durable en faisant usage des plantes qui poussent en abondance et en les faisant sécher pour prolonger leur durée d’utilisation. Nous créons de l’emploi pour les femmes défavorisées de plus de 55 ans, les veuves et les femmes seules. Ce travail leur permet d’accroître leurs revenus mensuels de 30 à 50%.

Le développement d’une entreprise de femmes consacrée à la transformation de plantes risque de constituer une menace pour l’industrie pharmaceutique allopathique.

• Grâce au soutien d’Emmaüs International ces sept derniers mois, nous avons pu agrandir l’unité de séchage. Nous livrons du « Kabasurakudineer » à 500 familles tous les mois. Cela a permis de lutter contre la pandémie dans les 40 villages où nous intervenons.

• L’Usilai est utilisé comme shampoing naturel et comme fortifiant capillaire. Beaucoup d’étudiant-e-s se sont intéressé-e-s à ce shampoing naturel.

• L’Aavarampoo (Senna auriculata) et les feuilles d’Aavarai entrent dans la composition de masques pour le visage. L’infusion d’Aavarampoo est un remède naturel indiqué pour les personnes diabétiques. Les fleurs et bourgeons séchés possèdent de nombreuses vertus thérapeutiques : diabète, longévité, traitement des affections cutanées, odeurs corporelles. L’Aavarampoo est également indiqué comme antalgique et antipyrétique, en cas de troubles des voies urinaires, rhumatismes, conjonctivite, ulcère ou maladie du foie. L’infusion d’Aavaram facilite le transit, contribuant ainsi à prévenir la constipation, et aide à réduire le taux de cholestérol dans le sang.

• Les plantes telles que les feuilles de Moringa contiennent 7 fois plus de vitamine C qu’une orange et 15 fois plus de potassium qu’une banane. Elles contiennent également du calcium, des protéines, du fer et des acides aminés qui favorisent la guérison des cellules et le développement musculaire. Elles sont également riches en antioxydants qui protègent nos cellules, et favoriseraient nos défenses immunitaires.

• Notre mélange pour masque facial, spécialement élaboré pour les étudiantes, contient 15 plantes séchées, moulues puis conditionnées.

Quintal Jancy, ozeyquin@gmail.com
Victor Delina, kudumbamtry@yahoo.co.in
Johnson Lalitha, angelinlalitha@yahoo.com

QUELS BESOINS AVEZ-VOUS IDENTIFIES POUR AMPLIFIER OU PERENNISER VOTRE ACTION ?

• Les produits sont ramassés localement.
• Les produits peuvent être cultivés (irrigation à l’eau de pluie) ou cueillis à l’état sauvage.
• Ces produits à base de plantes ont des propriétés antiseptiques naturelles et contribuent à renforcer le système immunitaire.
• Ils présentent un bon rapport coût-efficacité.
• Il s’agit d’une démarche profondément durable et facilement réplicable pour les populations rurales pauvres d’Inde, d’Asie ou d’Afrique.

A propos de cette action

 1538


Les actions de ce groupe

Porteur de l'action

Jancy QUINTAL


Localisation

Trichy, Tamil Nadu, Inde

Combats

Actions similaires

LE LABO DE L’ABBE

 11e Arrondissement, Paris, France

Soupe solidaire

 Le Plessis-Trévise, France

Soutien aux enfants du quartier

 Villa el Salvador, Distrito de Lima, Pérou

Commentaires

Votre commentaire